Radiesthésie & Géobiologie
Soins de l'habitat

" Celui qui veut se perfectionner dans l'art de guérir, considérera comment l'endroit est disposé et s'informera du sous-sol, concurremment avec la constitution des êtres vivants " 

HIPPOCRATE (430 avant J-C)
Traité des Airs, des Eaux et des Lieux

Géobiologie : C'est l'étude de l'ensemble des influences (telluriques, cosmiques, humaines, artificielles,...) de l'environnement sur le vivant.

Radiesthésie : Faculté dont disposent certains individus, de capter les radiations émises par différents corps.

Qu'est-ce que c'est ?

" Accueillir les souffles du ciel,
comprendre les essences de la terre,
suivre les mutations des "vents et eaux",
pour vivre en harmonie avec tous les êtres, ..."

Nous avons hérité par nos parents d'une certaine géographie corporelle, d'une certaine histoire à partir de laquelle nous agissons, d'une certaine qualité d'énergie, d'un certain état d'esprit. Notre terre, notre habitat, notre maison, aussi. Par son enracinement sur un terrain, un sol, par sa géographie, son exposition, son orientation, son habitation, elle vit... On pourrait dire,  qu'elle possède "trois trésors" :

  • une forme spécifique
  • un souffle-énergie
  • une atmosphère, un esprit

Prendre soin, préserver, nourrir ces "trois trésors" est le départ de toute pratique de Santé. On ne peut régler la santé des hommes sans tenir compte du lieu où ils vivent.

20170417_110331
20170724_110012

Depuis la nuit des temps, l'homme s'est penché sur la santé de son habitat, quelle que soit la culture, le pays, le continent. Et sur la façon de rendre ces lieux, des sources vives de joie, de paix et de santé. La rupture avec la nature, la sortie de notre axe, de notre centre, avec le "ciel-terre" disent les chinois, est la racine de toutes les maladies. On découvre aujourd'hui l'importance capitale des rythmes du corps, de la cohérence d'ensemble et du "Terrain" dans la thérapeutique de pointe. Ce qui est le coeur des médecines traditionnelles et le coeur des médecines de l'habitat.

Sun simiao, grand médecin des Tang (VIème siècle) disait dans son "recueil aux 1000 pièces d'or" :

« Un bon médecin, se doit non seulement d'examiner le patient mais également son environnement direct et indirect. Bon nombre de maladies dont les plus difficiles à soigner sont liées directement aux perturbations de terrain et de l'habitat. Oublier de considérer cela est une faute professionnelle... » 

Sans le savoir il se faisait écho au père de notre médecine, le grand Hippocrate de  Cos,  dans son « traité des airs et des eaux » (IV siècle avant JC)  :

« Lorsqu'un médecin arrive dans une ville inconnue, il en observe la situation et les rapports avec le vent et le lever du soleil. Il acquerra des notions très précises sur la nature des eaux dont les habitants font usage, si elles sont lacustres, molles ou dures ou encore sortant des rocailles. Il étudiera les divers états du sol qui est tantôt nu, tantôt boisé, tantôt bas, tantôt brulé de chaleurs étouffantes tantôt haut et froid. C'est à partir de là qu'il faut commencer pour juger de chaque chose. Le médecin instruit sur ces points n'ignorera pas de la sorte les maladies locales, ni la nature des maladies générales de sorte qu'il ne commettra pas d'erreur dans lesquels tomberaient ceux qui n'auraient pas approfondies ces données essentielles. En général, tout ce que produit la terre est conforme à la terre elle même. En partant de ces observations, on pourra donc juger du reste sans crainte de se tromper... »

123-2

Il y a les perturbations issues de la terre ou naturelles, principalement issues du sous-sol (faille et discontinuité géologique, gaz radioactif souterrain (radon), cours d'eau souterrains, rayonnements gamma telluriques,...), les perturbations humaines ou artificielles, principalement issues des activités humaines (électromagnétisme, haute fréquence, radioactivité,...), et les perturbations "célestes" principalement liés aux  "entités énergie", "esprit errant" d'un (ou plusieurs) défunt encore relié à la terre ou encore de mémoires des murs et objets. La conjonction de plusieurs de ces paramètres provoque de véritables courants perturbateurs qui fragilisent en premier lieu nos systèmes immunitaires, endocriniens puis tout notre métabolisme. S'il est bon de savoir comment bien vivre, il est profitable de savoir comment vit notre maison... Une maison doit nous ressourcer, nous recharger et non nous "pomper"...

Applications pratiques

SAUVETAGE D'UNE RUCHE
chez Bernadette Gosselin,
apicultrice à Caen (14)

 

Demande : ruche mourante depuis trois ans.

Diagnostic sur plan puis sur place : ruche malencontreusement posée sur un courant d'eau souterrain nocif...

Intervention : "acupuncture terrestre" sur point étoile.

Résultat au bout de 21 jours : la ruche est devenue très active, la production a plus que doublé. La ruche avoisinante en a profité...

La ruche malade...

Depuis 3 ans, j’ai une ruche qui stagne inexplicablement malgré une reine saine, un couvain magnifique et aucun signe de maladie, elle demeure sur quelques cadres alors que sa voisine, 60cm plus loin, prospère normalement ? J’ai tout essayé même avec l’aide d’un moniteur confirmé en apiculture, sans résultat.

J'évoque ce problème à Hérald qui met l’hypothèse qu’elle soit sur un « mauvais emplacement ». Sur sa demande, je lui dessine un plan du terrain qu’il explore aussitôt avec un pendule et une antenne. Il y détecte un cours d’eau souterrain qui passe juste sous ma ruche malade (non dessinée sur le plan et dont il ignorait l’emplacement). Nous nous rendons sur place quelques jours après, il me demande de ne pas lui dire quelle ruche est en souffrance pour ne pas être influencé. Sa baguette de sourcier l'affirme. Herald n’a aucun doute sur la ruche en perdition (alors qu’aucun signe extérieur ne différenciait les 2 !). En effet , celle-ci se trouve juste sur la rive du cours d'eau, l’autre est légèrement à l’écart . Des mesures au pendule confirment une grande différence d’énergie. Plutôt que de déplacer la ruche, Hérald tente une « acupuncture » du terrain. A la recherche de « croisements savants » incompréhensibles à mes yeux, il obtient un point précis à environ 2m à l’avant de mes ruches et y plante profondément une tige de fer d’environ 60cm. Rapidement, le pendule indique une énergie qui remonte déjà équivalente à l’autre.

5 jours plus tard, la ruche a démarré : chaleur significative d’un couvain et belle activité à l’intérieur comme à l’extérieur. Je n’ose pas y croire... C’est peut-être juste un démarrage tardif spontané. Une semaine plus tard, tous les cadres du haut sont occupés et une grappe s’occupe un peu du bas (jamais construit en 3 ans). Hérald sentait bien cette activité (je le soupçonne même de s’être occupé à distance de mes petites amies ?). 3 semaines après l’intervention, l’ensemble du bas est construit, la ruche déborde d’une activité joyeuse accueillant des centaines d’abeilles aux bottes jaunes pleines de pollen. L’autre ruche a elle-même rattrapé son retard par rapport à mon autre rucher bien mieux exposé !

C’est juste magique ! Pauvres abeilles en galère pendant 3 longues années. Au diable la pensée unique, rationnelle et étriquée ! C’est, pour moi, une belle démonstration de la réalité de l’influence colossale de forces qui nous entourent dont on a perdu sensibilité et connexion.

Je pourrais rester dubitative devant un pendule qui tourne mais devant la renaissance spectaculaire d’une ruche... ( et 13 kg  de miel quelques temps après !) J’ai très très envie de savoir si je peux me reconnecter moi-même avec cette part du vivant et participer plus totalement à cette nature -là ?

Un apicultrice très heureuse et pleine de gratitude...